SPG

Siège principal

Giovanni Vaccarini Architetti

2016
Steel Structures50 ton
Façades1800 s.qm.
S M L XL
Umberto Colicchio

La forme de la lumière

Le voyage visuel qui présente le nouveau siège social de la Société Privée de Gérance de Genève, conçu par Giovanni Vaccarini, explore une architecture dont la corporalité laisse place à une fluidité suggestive des limites.
Les protagonistes du court-métrage réalisé par The Piranesi Experience sont les mouvements apparents obtenus par l'interaction entre la vibration lumineuse et le nouveau système sophistiqué de façade en lames de verre sérigraphié : une solution qui a permis d'améliorer l'efficacité énergétique de l'édifice et d'alléger les volumes en y associant ainsi une forte identité esthétique.
À travers les mouvements de la caméra, nous percevons le bâtiment comme un objet abstrait et changeant selon le point de vue choisi par les plans ; le volume se réduit lentement jusqu'à être quasiment entièrement privé de sa densité matérielle.
Les images et les sons de l'histoire écrite par Daniela De Francesco et réalisée par Claudio Esposito soulignent ce lent processus d'évanescence.
À la nuit tombée, l'effet nébuleux s'amplifie grâce à la luminescence particulière produite par les composants éclairants montés sur les étriers en aluminium qui tiennent les lames en verre sérigraphié de la façade.
L'aspiration au dynamisme et la recherche expérimentale des phénomènes optiques générés par la lumière au contact de la surface rappellent fortement l'art cinétique et les premières expériences de Kandinsky dans lesquelles les mécanismes de la vision sont particulièrement liés au mouvement et à la dimension temporelle.

Rossana Vinci, architect and journalist



Client:
SPG Société Privée de Gérance
Catégorie:
Architecture
Le cabinet italien Giovanni Vaccarini Architetti a conçu le nouveau siège de la Société Privée de Gérance (SPG) suisse, réalisé le long de la Route de Chêne, aux portes du centre-ville de Genève. Une intervention de reconversion et d'agrandissement du bâtiment existant, réalisé à partir de la définition d'une enveloppe architecturale sophistiquée, qui a transformé le siège en un volume à la matérialité vibratile et aux contours d'apparence fuyante : un dispositif qui favorise la performance énergétique de l'édifice.

L'enveloppe est constituée d'une triple couche de verre (chambre chaude) à laquelle vient s'ajouter une quatrième couche munie d'une chambre aérée où est logé le paquet des stores vénitiens microperforés pour le réglage de la lumière. Des brise-soleil en verre sérigraphié sont fixés sur le bord extérieur, dessinant un schéma modulaire variable à la surface extérieure de la façade, grâce aux dimensions et au motif des lames. L'élément graphique sérigraphié sur les lames brise-soleil contribue à exacerber l'effet de réverbération, nuançant la surface périmétrique de l'immeuble en une sorte de «nébuleuse », comme la définit Giovanni Vaccarini, évanescente et lumineuse. La nuit, les lames en verre sont illuminées par des lumières blanches à LED, qui donnent un aspect vivant et brillant au corps architectural, dialoguant avec le paysage urbain nocturne dans lequel il s'inscrit.

Pour ce projet, Stahlbau Pichler a spécialement conçu un système d'ingénierie permettant d'ancrer solidement les « nageoires vitrées » qui dessinent la première enveloppe du bâtiment. Cette intervention a été fondamentale pour réduire l'encombrement et garantir la netteté des lignes de la façade, comme le demandait le projet architectural. Exigence statique et exigence esthétique ont donc pu être conciliées. Il était également capital de parvenir à limiter le poids, afin de gérer les près de 100 tonnes de verre insérées sur un bâtiment préexistant, soumis à des contraintes de charge spécifiques.